17/01/2010

Planète nature 17.01.10

Une équipe internationale, conduite par Juli Pereto, du Cavanilles Institute à Valence (Espagne), réfute l'idée d'un Darwin écartant le sujet de l'origine de la vie et montre que le naturaliste britannique expliquait dans d'autres documents comment les premiers ancêtres seraient advenus à l'être.

Darwin expliquait dans L'Origine des Espèces que « tous les êtres organiques qui ont vécu sur Terre pourraient être les descendants d'une forme primordiale ». Il ne s'arrêta pas là, et réfléchît aux processus évolutifs sous-tendant la biodiversité. Il était convaincu de l'importance première du problème du passage de la matière chimique inanimée à la matière vivante. Ses idées à ce sujet figurent dans sa correspondance privée et des cahiers de notes.

Darwin explique dans un commentaire figurant dans un cahier de notes datant de 1837 que la relation intime entre le phénomène vital, d'une part, et la chimie et ses lois, d'autre part, rend l'idée de génération spontanée concevable.

Dans une lettre datant de 1871, adressée à son ami, le botaniste et explorateur anglais Joseph D. Hooker, il imagine un petit étang chaud où la matière serait passée, sous l'effet d'un arrangement, à l'aide de composants chimiques et des sources suffisantes d'énergie, à l'état de matière évolutionnaire.

Dans d'autres lettres, Darwin fait part à des collègues tels qu'Alfred Russel Wallace et Ernst Haeckel de l'idée selon laquelle la génération spontanée est importante pour la cohérence de la théorie. Il faisait part en même temps du fait que la science n'était pas assez avancée pour traiter de la question (d'où sa réticence à en parler publiquement) et qu'il ne vivrait pas pour la voir résolue.

Notons que l'idée de génération spontanée est proposée par Darwin alors même qu'il était au fait des expériences de Pasteur allant à l'encontre de cette idée. Les chercheurs notent aussi que son explication de l'origine de la vie ne mentionne pas l'intervention divine. Il s'agit par conséquent d'une approche essentiellement naturaliste, fonction de l'état des connaissances de l'époque.

Patrick Bauwens

06:55 Écrit par Mel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.