27/12/2009

Planète Nature 27.12.09

Transmis aux décideurs participant à la Conférence des Nations Unies sur le climat à Copenhague, le guide « L'acidification de l'océan - Les faits » prend acte des dernières avancées scientifiques sur l'acidification des océans et décrit les étapes qui seront nécessaires à l'arrêt de son accélération.

« L'acidification des océans est « le problème jumeau » du changement climatique dans la mesure où tous deux sont la conséquence de l'augmentation des émissions de CO2 » c’est ce que déclare Dan Laffoley, vice président de la Commission mondiale de l'International union for conservation of nature .

Environ le quart du CO2 émis par les activités humaines (25 millions de tonnes par jour) est absorbé par les océans. Cette absorption, qui va croissant compte tenu de la croissance des émissions, rend l'eau de mer de plus en plus acide, menaçant écosystèmes et espèces importantes pour l'alimentation et l'économie. En outre, cette augmentation de l'acidité de l'océan tend à réduire sa capacité à absorber le CO2 et donc à réguler le climat.

L'acidité de l'eau de mer a augmenté de 30 % depuis le début de la période industrielle, il y a 250 ans. Si, comme il est prévu, ce phénomène s'accélère au cours des 4 prochaines décennies, elle pourrait augmenter de 120 % d'ici à 2060, soit un niveau supérieur à ceux qu'a connu notre planète au cours des 21 derniers millions d'années.

De nombreux organismes fabriquant un squelette ou une coquille calcaire sont déjà affectés, ce qui réduit leur rôle de producteurs primaires et de constructeurs de récifs.

D'ici 2050, les récifs coralliens vont se trouver dans des eaux plus chaudes et plus acides, qui menaceront leur rôle de protection contre les effets destructeurs de la houle et des tempêtes. D'ici 2100, 70 % des coraux profonds seront dans des eaux corrosives pour leur squelette.

Patrick Bauwens

07:00 Écrit par Mel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.