25/10/2009

Planète Nature 25.10.09

Les Etats membres de l'Union Européenne n'ont pas soutenu, le mois passé,  les propositions destinées à interdire provisoirement le commerce international de thon rouge de l'Atlantique afin de préserver les espèces, suite à l'opposition de l'Espagne, de Malte, de l'Italie, de la France, de la Grèce et de Chypre. Les ministres de l'environnement de l'Union auront le mot final d'ici la fin de l'année.

Le commissaire européen à l’Environnement Stavros Dimas a regretté cette décision, alors que le commissaire à la Pêche Joe Borg a déclaré qu’il revenait maintenant à la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique d’assumer ses pleines responsabilités afin d’assurer la reprise de la population de thons rouges.

Les Etats membres peuvent toujours revoir leurs positions avant mars 2010, date à laquelle, la Convention se réunit pour prendre une décision finale. Les pays européens les plus opposés à cette interdiction étaient l’Espagne, Malte et l’Italie, qui ont tous trois d’importantes flottes de pêche.

Les ONG de protection de l’environnement Greenpeace et Oceana ont accusé hier les gouvernements méditerranéens de se comporter de manière irresponsable sur le sujet.

Monaco est le premier pays au monde à avoir cessé la vente de thon rouge et il soutient l’interdiction proposée sur l’espèce. Plusieurs autres Etats membres, y compris le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne et les pays du nord, ont déclaré qu’ils soutenaient une telle interdiction et ils ont reçu les encouragements des groupes environnementaux

Patrick Bauwens

06:58 Écrit par Mel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.